décembre 11, 2023

DEMOSTHENE NEWS

Nous ne sommes pas les seuls mais les meilleurs !

Tragédie humanitaire dans l’Est de la RDC: des chiffres accablants causés par l’agression rwandaise et l’activisme du M23 dévoilés par Muyaya et Mutombo 

Le ministre de la Communication et Médias et Porte-parole du gouvernement congolais, Patrick Muyaya et la ministrede la Justice et Garde de sceaux, Rose Mutombo, ont présenté officiellement le jeudi 14 septembre, le volume 2 du Livre Blanc sur la tragédie humanitaire et dommages causés à la République Démocratique du Congo du fait de son agression continue par le Rwanda via ses suppletifs du M23.

D’entrée de jeu, Patrick Muyaya a fait un rappel du volume 1 du Livre Blanc présenté en décembre 2022 qui a démontré l’agression avérée de la République Démocratique du Congo par le Rwanda et les crimes internationaux commis dans ce contexte. Un document qui a donné les preuves irréfutables des activités criminelles pilotées par l’armée rwandaise avec le M23.

«Au-delà de la tragédie humanitaire avec 2,3 millions de déplacés et les conséquences que cela fait courir avec la déforestation et la pression pour la recherche pour ses populations déplacées, la scolarité de plus de 200.000 enfants est compromise. Les écoles ont été désertées, certaines occupées, d’autres carrément détruites et incendiées», a fait savoir Patrick Muyaya.

Il a dans la foulée rappelé les dommages incalculables causés dans le Parc de Virunga, patrimoine protégé de l’humanité. Ces dommages peuvent nécessiter d’après les experts, une bonne dizaine d’années pour sa réparation.

«Plus de 14 Éco-gardes ont trouvé la mort du fait de la dégradation de la situation sécuritaire. Les activités économiques autour du parc ont été totalement perturbées, occasionnant des pertes évaluées entre 40 et 60 millions USD. Ce conflit a aussi une incidence sur le processus électoral. On sait que les populations se trouvant dans les zones sous occupation, n’ont pas encore été enrôlées. Et pourtant, nous voulons qu’ils participent pleinement au processus électoral afin d’exercer leur droit le plus légitime. Les candidats aux législatives de cette partie du pays, n’ont pas encore déposé leurs candidatures à la CENI », a-t-il souligné.

Projets d’infrastructures plombés notamment la construction de la route Bunagana-Goma, pertes énormes aux trésors publics national et provincial, Patrick Muyaya a révélé le coût quotidien lourd de cette occupation.

 «Rien qu’avec le poste frontalier principalement de Bunagana et de Kinshasa, c’est plus d’1 million de dollars américains de manque à gagner chaque mois », a-t-il fait savoir.

En dépit de ce tableau funeste et macabre, Patrick Muyaya a démontré l’engagement du gouvernement congolais, conformément à la ligne définie par le président de la République dans les différents processus qui malheureusement butent par la mauvaise foi du Rwanda.

Saluant les prises de position de l’Union européenne et de Washington qui ont sanctionné les officiers rwandais face à ces crimes, le ministre de la Communication et Médias a appelé l’opinion tant nationale qu’internationale à lire le présent numéro du Livre Blanc qui complète le précédent dans le souci de s’apercevoir de la véracité des faits sur la crise en cours sur le territoire congolais et de s’affranchir des mensonges distillés par une certaine propagande à ce sujet.

Prenant la parole à son tour, la ministre de la Justice et Garde de Sceaux, Rose Mutombo a évoqué un document sur plusieurs fronts qui essaie de lister certains crimes commis dans les conflits armés.

«Le Livre Blanc est un document de plaidoyer. C’est vrai on va sur plusieurs fronts. Il y a le front diplomatique, le front judiciaire mais aussi le plaidoyer qu’on doit faire. Puisqu’on doit faire passer le message à tous les niveaux. Dans ce livre, on essaie de lister certains crimes commis dans les conflits armés. Et cela nous permettra au moment opportun d’avoir certaines preuves qui peuvent nous avancer pour asseoir les différentes plaintes déposées au niveau de différentes juridictions », a-t-elle dit.

Rose Mutombo a enfin invité le peuple congolais à parler de ce document afin de porter la voix de la population meurtrie de l’Est du pays.

Célestin Freinet KANKU